Les réserves de biosphère (RB) sont des sites désignés par les gouvernements nationaux et reconnus par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le cadre de son Programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB). Le MAB encourage le renforcement des capacités dans le but de faire des RB des territoires modèles de durabilité, de dialogue et d’apprentissages.

Nomination

C’est le Conseil international de coordination du programme MAB qui accepte ou refuse, lors de sa rencontre annuelle, les candidatures provenant des territoires concernés. C’est aux acteurs locaux d’adresser une demande à l’UNESCO et de réussir les évaluations nationales et internationales qui se rattachent à la nomination. Une fois sélectionnés, les sites restent sous la juridiction souveraine des États, mais échangent et partagent leurs expériences et leur savoir-faire au sein du réseau mondial des RB.

Examen périodique

Le statut n’est pas permanent. Tous les dix ans, les RB sont soumises à une évaluation visant le renouvellement du statut, lequel peut se perdre ou se reconduire. Ayant été désignée en 2007, la RMBMU a donc souscrit à cet exercice d’évaluation avec rigueur en 2017 afin de maintenir son rôle de leader au sein du réseau et de profiter de cette occasion pour teinter sa prochaine planification stratégique. Fait intéressant, la RMBMU figure désormais à la courte liste des réserves modèles du réseau mondial pour l’excellence de son action de la dernière décennie.

Réseau mondial

On dénombre actuellement 701 réserves de la biosphère réparties dans 124 pays. Pour voir la carte interactive du réseau mondial, cliquez ici

Réseau canadien

Il y a 18 réserves de la biosphère au Canada. Pour en savoir plus sur le réseau canadien, consultez le site web de l’Association canadienne des réserves de la biosphère en cliquant ici.

Réseau québécois